Fer forge art

Ces outils ont servi jusqu’à la moitié du XXe siècle. Il est difficile de les dater avec précision. Malgré l’aide de livres spécialisés, certains, dits « spontanés », nés d’un besoin précis ou typiquement locaux, n’ont pas été référencés. Râteaux, pioches, bêches, houes pour sarcler la vigne… étaient les objets les plus courants. Certaines pièces ont une taille exceptionnelle. J’ai trouvé une pioche de 96 cm et une scie de 2,25 m à tenir d’un seul bout. On imagine la force physique, l’endurance et la motivation nécessaires à l’homme pour l’utiliser. On comprend pourquoi les massettes de cantonniers étaient appelées « têtues ». Je déniche aussi des objets en fer recyclé. Beaucoup de limes et râpes ont été transformées en burins, pinces et cisailles. Il existait des outils à double usage, pioche d’un côté, houe de l’autre. Tous ces témoins du passé portent la signature de leur fabricant, le forgeron, dans leur façon même d’être forgés.

Cette entrée a été publiée dans Accessoires de maison, Objets art déco, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>