Ceramique vallauris

Eté 1946. La France renaît. L’effervescence est partout. L’art bouge. Célèbre, Picasso effarouche. Son nom est alors synonyme d’art moderne. « met le nez à la place des oreilles et les yeux à la place de la bouche. » Pour beaucoup encore, « Faire du Picasso » c’est faire n’importe quoi ! Espagnol, attiré par la lumière et le soleil du Midi, Pablo Picasso descend cet été 1946 sur la Côte et réside à Golfe-Juan. A Vallauris, où il visite une exposition de potiers, il fait la connaissance de Suzanne Ramié et de son atelier N’iadoura, Il y modèle quelques pièces, qu’il retrouve cuites, l’été suivant. En 1948, il s’installe à Vallauris et aménage un vrai atelier. Il y vivra jusqu’en 1955. Picasso devient potier. 11 produira environ 4000 pièces. C’est le fruit d’une collaboration fructueuse avec Madoura qui édite les céramiques du maître. Désormais, Vallauris jouit d’un renom international. Bientôt, le petit village perché devient le village des 100 potiers. Les touristes affluent. Vallauris n’avait pourtant pas attendu Picasso pour être profondément lié à la poterie. C’était une tradition qui remontait à la nuit des temps.

Cette entrée a été publiée dans Ceramique de vallauris, Objets art déco, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>