Objets en cuivre

On ne sait si l’art de travailler le cuivre a été introduit à Aurillac par le Maroc ou l’Espagne. Au XVIIIe siècle, il était si florissant que les aurillacois s’expatrièrent, allant travailler loin, parfois jusqu’aux Pays-Bas. Le cuivre, le vrai, le cuivre rouge ne se coule pas, il se bat. Battu, il acquiert sa rigidité. Le batteur de cuivre le façonne ensuite, lui donne sa forme en le martelant. Aujourd’hui, seul Jean-Paul Bastien continue à battre et façonner. Outre ses créations élégantes, il fabrique les récipients traditionnels de l’Auvergne : les poêles à bouriols (matefins de sarrasin), les lèchefrites, les chaudrons à braises, les ferrats à eau, que l’on portait sur la tête et dont la forme étudiée évitait que l’eau ne gicle durant le transport, ou les braisières où l’on mettait à cuire les volailles au cœur de la braise. Dinanderie d’Auvergne.

Cette entrée a été publiée dans Objet deco maison, Objets art déco, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>