Armoires rustiques

A étages très débordante, symétrique d’un vaste socle à grand (iroir, entre deux entablements, tout aussi débordants, marqués. d’aussi belles moulures qu’à la corniche. Si bien qu’entre ce haut et ce bas, tous deux importants, la partie strictement armoire, avec deux portes glace comme les armoires de Saint-Malo (unies et lisses) ne représente que les deux tiers de la hauteur totale. En revanche, les garnitures métalliques, en fer, sont discrètes : à peine deux petites entrées de serrure. C’est tout juste si le tiroir porte deux grandes poignées pendantes batlanl des plaques ajourées et découpées. Cette armoire de port, des débuts XVIIIe a servi de modèle aux armoires rustiques, plus tardives, en bois de pays – merisier en majorité – que l’on trouve aussi bien en Aunis et Sainlonge, provinces proches de la Rochelle.

Cette entrée a été publiée dans Mobilier design, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>