Un décor de théâtre

Un décor de théâtre en plein village.
Dans l’arrière-pays, plus d’un village montagneux conserve également son loi d’histoires rocambolesques du passé ou de fortes personnalités. Dans les rues escarpées de Fozzano s’élèvent de sévères maisons en granit. Deux d’entre elles ont abrité les Carabelli et les Durazzo, les deux familles ennemies dont l’écrivain Prosper Mérimée conta l’histoire dans son célèbre livre « Colomba », en 1841. La vendetta, exacerbée par la veuve Colomba à partir de 1830, fit sept morts et quelques blessés. Ce règlement de compte sanglant ne prit fin que par l’intervention d’un traité de paix, en 1834 ! La maison de Colomba, formidable bâtisse sombre et véritable décor de théâtre, est toujours érigée en plein centre du village, ainsi qu’un tombeau familial.
Un peu plus loin dans la montagne, Sainte-Lucie-de-Tallano esl réputée pour sa singulière roche éruptive, parsemée de globules à cercles concentriques de feldspalhs blancs, d’origine inconnue. La diorile orbi-culaire est la plus célèbre roche ornementale de Corse. Napoléon en faisait réaliser des vases, certains visibles au musée national de Mal-maison. Intensément exploité au XIXe siècle, le filon s’est s’appauvri. Seul reste un très bel échantillon au pied du monument aux morts. Bonifacio, à l’extrême sud de la Corse, est un lieu à l’abri du temps.
faut la découvrir la nuit. Quand les volets sont fermés, quand le sommeil a envahi les rues. Quand les étoiles pétillent là-haut et qu’en bas les bateaux se balancent doucement. Quand seule la brise sifflante se rue dans la ville, le long des façades, et s’engloutit dans les impasses. Alors, on n’a plus aucun mal à se figurer que Bonifacio est une cité ligure toute puissante, une citadelle imprenable, et que le temps n’ira pas plus loin. Solide cité accrochée aux falaises crayeuses, elle se démarque des autres villes du pays. La blancheur de son calcaire tranche sur les villages granitiques de la région. La culture et le patrimoine génois – au Xllie s., une colonie de Ligures s’installa dans ses murs – sont encore présents et lui confèrent son caractère original. On y parle encore le ligure, le génois du XII* s. On s’y promène dans des rues en damiers, entre les maisons hautes et étroites aux portails sculptés ou flanqués d’armoiries. Son cimetière marin, en bout de presqu’île, est un lieu de quiétude et de promenade étonnant, avec ses chapelles de style baroque. De là, on se trouve complètement à « la poupe de la Corse » et l’on jouit d’une vue exceptionnelle.

Cette entrée a été publiée dans Decoration exterieur maison, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>