Un relevé d’architecture antique

Michel Fresnay a travaillé pendant vingt-deux ans à la télévision qu’il a quittée en 1982. Il continue alors à travailler pour le cinéma et le théâtre. Son dernier projet : la revue « Excalibur » avec chevaux et tournois dans un grand hôtel de Las Vegas ! « Quand on imagine des décors, il ne faut pas se tromper. Aussi je collectionne depuis toujours des documents d’architecture. » Maintenant il les contemple sur les murs de sa galerie Par exemple un relevé d’architecture antique « Les thermes de Doclétien à Rome » par l’architecte Polin : « C’est fou, le travail des graveurs. Tous ces détails représentent quatre cents heures de labeur. Impossible à reproduire aujourd’hui. D’ailleurs, nous ne proposons que des pièces authentiquemeni d’époque, pas des épreuves neuves reproduites à partir d’anciennes, plaques. » François, son associé, s’occupe des achats des gravures, « souvent des héritages ou des greniers qui se vident », de leur nettoyage et de leurs encadrements, un des « plus » de Mégarte. La galerie a déjà ses habitués, « un monsieur qui recherche des bâtiments avec verrières, une dame passionnée par les serres et les jardins d’hiver, un amateur d’orgues d’églises.» Comme dans un salon, Michel Fresnay tient à la qualité de l’accueil. Et comble de l’esthétisme, quand les clients sortent de la galerie, à leur droite, ils aperçoivent la Tour Eiffel, juste dans l’axe, belle comme un dessin d’architecture. Sans nul doute, Michel Fresnay sait aussi choisir sa rue.

Cette entrée a été publiée dans Art et antiquites, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>