Au coin de la cheminée

Fruit de la tradition des bâtisseurs et des modes de vie locaux, la cheminée était le premier « meuble » de la maison. Un riche patrimoine de formes et de styles redécouvert pour votre plaisir.
Les Provinciales.
Cheminées saintongeaises en pierre de Saint-Aignant : sculptées au ciseau selon le modèle choisi, elles peuvent être complétées d’un trumeau, d’une corniche ou recevoir une finition patinée (couleur) ou vieillie (usure de surface).
Ci-dessus : copie de style Louis XIV avec trumeau à cadre mouluré. CTS transminéral.
Apartir du 17e siècle, la cheminée évolue considérablement. Elle se fait de moins en moins massive. La hotte ne se montre plus en saillie. Le foyer déborde un peu moins, il est encadré de marbre mouluré et coiffé d’une étroite tablette.
Au 18e, la tablette s’abaisse légèrement, le foyer continue à rapetisser et le trumeau permet d’accueillir un miroir, un tableau ou une tapisserie. Par la suite, les proportions restent inchangées : elles évoluent seulement selon la taille de la pièce. La brique et la faïence apparaissent peu à peu dans le foyer, ainsi que d’épaisses plaques de protection en fonte.

Cette entrée a été publiée dans Cheminée design, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>