Archives de catégorie : Ceramique de vallauris

Vallauris poterie

Le pour et le contre, mais toujours la création.
Chez les potiers traditionnels, l’imagination la plus débridée est au pouvoir. Il faut inventer pour séduire les touristes de plus en plus nombreux et produire toujours plus pour avoir des prix compatibles avec ce flot de « congés payés ». La découverte de nouveaux émaux chimiques permet d’obtenir des teintes vives, vert pomme, rouge sang, jaune citron. Vallauris se colore. On trouve alors, en vagues successives : le bicolore, un côté noir un côté de couleur vive ; les étonnantes veilleuses, au corps éven-tré, réceptacle d’algues et de poissons censés voguer dans les fonds sous-marins. Poissons, caravelles, amphores, coquillages, moules ou même bûche accueillant une crèche, témoignent de cette nouvelle forme d’art populaire ! On trouve ensuite les émaux « Vésuve », dont la surface bullée, craquelée, évoque le bouillonnement de la lave, puis les céramiques tachistes qui perdurent jusque dans les années quatre-vingt. Toute cette production de masse s’offre aux étalages et, d’une boutique à l’autre, le chaland ne fait pas vraiment la différence. Car tout le monde copie tout le monde et il suffit qu’un artisan sorte un modèle pour que le voisin fasse rapidement la même chose. Dans les années cinquante, les céramiques fleuries de Monaco (au moins trois ateliers en produisent : Cérart, Cerdazur et Azureart) connaissent un certain succès et Vallauris se met à son tour au « graffité » (déformation du terme savant « sgrafitto »). Le décor floral est gravé dans la terre, puis rehaussé de couleurs. Certains ateliers s’y illustrent, Lamarchc produit d’exceptionnelles soupières, d’autres innovent, Ribero invente les fonds martelés, une clef servant à tapoter la terre. Toutes ces œuvres, produites à des milliers d’exemplaires, s’opposent à celles des potiers travaillant en séries plus limitées (quoi que Capron ou Picault aient dirigé de véritables ateliers !). Les amateurs d’aujourd’hui ne les regardent pas de la même manière : il y a ceux sensibles à la créativité de ces années-là et les autres, plus ou moins amateurs de kitsch, peut-être nostalgiques de la frénésie sans borne qui animait la Côte d’Azur et ses potiers.

Publié dans Art et antiquites, Ceramique de vallauris | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Vallauris des artisans traditionnels

A l’opposé du « Vallauris de Picasso », les anciens ateliers ont proposé aux touristes des souvenirs au goût parfois douteux. Fabriqués manuellement (tous les poissons étaient collés un à un à l’intérieur) ces poissons-veilleuses restent une des images fortes
du Vallauris des artisans traditionnels. Modèle de Ribéro. Coll. Galerie Kitsch.

Publié dans Art et antiquites, Ceramique de vallauris | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Décorateur chez Madoura

Décorateur chez Madoura, Jean Derval a été en contact avec Picasso dont il a retenu l’ampleur des formes et la puissance du graphisme. Cette tête de femme découpée évoque le géométrisme figuratif en faveur dans les années 40-50. Coll. Galerie Contrastes.

Publié dans Art et antiquites, Ceramique de vallauris | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Poterie ceramique

On retrouve les irisations chères aux Massier, réactualisées dans une esthétique très 1925. Grès émaillés de Jean Baril à décor de marabout et de fonds marins. Coll. Château-musée de Vallauris.

Publié dans Art et antiquites, Ceramique de vallauris | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Artiste ceramiste

Un repère d’artistes t pour sublimer la poterie.
Tous, ceux qui étaient déjà là ou ceux qui s’installent, attirés par le renom subit de la cité, voient dans l’arrivée de Picasso un formidable élan de la création. D’autres artistes de grand renom s’essaient à leur tour à la céramique : Chagall, Matisse, Edouard Pignon, Anton Prinner, Victor Brauner. Aniédée Ozen-fant… Des liens d’amitié se tissent, Picasso, citoyen d’honneur de la cité, est de toutes les fêtes. C’est, pour reprendre l’expression d’Anne Lajoix, dont l’ouvrage relate l’excitation de celte époque, « l’âge d’or » de Vallauris. Pourtant, tout n’est pas si idyllique dans la cité des KM) potiers. Les anciens, ceux qui travaillaient dans les ateliers traditionnels, ne sont pas si enthousiastes quant à l’œuvre de ces créateurs, Picasso en tête. Beaucoup n’y voient que des intellectuels inexpérimentés. Deux clans se forment, sans contact entre eux, les locaux et les importés !

Publié dans Art et antiquites, Ceramique de vallauris | Marqué avec , | Un commentaire

Ceramique vallauris

Eté 1946. La France renaît. L’effervescence est partout. L’art bouge. Célèbre, Picasso effarouche. Son nom est alors synonyme d’art moderne. « met le nez à la place des oreilles et les yeux à la place de la bouche. » Pour beaucoup encore, « Faire du Picasso » c’est faire n’importe quoi ! Espagnol, attiré par la lumière et le soleil du Midi, Pablo Picasso descend cet été 1946 sur la Côte et réside à Golfe-Juan. A Vallauris, où il visite une exposition de potiers, il fait la connaissance de Suzanne Ramié et de son atelier N’iadoura, Il y modèle quelques pièces, qu’il retrouve cuites, l’été suivant. En 1948, il s’installe à Vallauris et aménage un vrai atelier. Il y vivra jusqu’en 1955. Picasso devient potier. 11 produira environ 4000 pièces. C’est le fruit d’une collaboration fructueuse avec Madoura qui édite les céramiques du maître. Désormais, Vallauris jouit d’un renom international. Bientôt, le petit village perché devient le village des 100 potiers. Les touristes affluent. Vallauris n’avait pourtant pas attendu Picasso pour être profondément lié à la poterie. C’était une tradition qui remontait à la nuit des temps.

Publié dans Ceramique de vallauris, Objets art déco | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Ceramic decor

Ces formes abstraites qui peuvent évoquer Klee, au graphisme léger, simplement tracé dans l’émail blanchâtre, mettant la terre à nu, sont caractéristiques de l’art de Juliette Rivier. Coll. Galerie Louvre-Victoire.

Publié dans Art et antiquites, Ceramique de vallauris | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Peindre de la céramique

La fin du XIXe siècle a connu un véritable engouement pour les poteries
à reflets métalliques. A Vallauris, les Massier ont acquis une immense renommée avec leurs couvertes irisées. De Clément Massier, vase à décor végétal aux remarquables reflets verts, bleus et pourpres. Vers 1895-1905. Coll. Château-musée de Vallauris.

Publié dans Art et antiquites, Ceramique de vallauris | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Céramique décor

On dit que ce sont les Génois qui y envoyèrent des potiers
ligures venus d’Albissola, au début du XVIe siècle. La terre est bonne, réfractaire, elle supporte assez bien la chaleur. Vallauris se spécialise alors dans la poterie culinaire : « pi-gnates » – marmites locales – poêlons, cruches… sortent des fours. De Golfe-Juan, on les expédie par la mer dans toute la Provence. A la Révolution, le village compte une quarantaine de potiers. Un siècle plus tard, 500 tourneurs œuvrent dans 46 ateliers. Ce sont des ateliers familiaux : Conil fils, Castelle-Carbonnel, Sal-talamacchia, Foucard-Jourdan, Jean Narbon, ou des sociétés regroupant sous un nom collectif plusieurs fabricants. On y produit la terre vernissée classique, parfois décorée de jaspures (marbrures décoratives de différentes teintes) et de giclures d’engobes colorés (enduit blanc ou teinté applique sur la céramique pour la décorer). Le jaune « omelette » et le vert sont les couleurs classiques de cette poterie provençale.

Publié dans Art et antiquites, Ceramique de vallauris | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Vallauris france

Cérart, Cerdazur à Monaco ont popularisé ces décors fleuris au « sgraffitto », avec des dominantes turquoise sur fond noir ou blanc. Vallauris les a repris à son compte, souvent de manière anonyme. La pipe avec son fond martelé à la clef est classique de Ribero, le vase à anses torsadées est siglé JTF, celui à anses lisses est signé MT et le petit C. Lamarche. Coll Galerie Kitsch.

Publié dans Art et antiquites, Ceramique de vallauris | Marqué avec , | Laisser un commentaire