Archives de catégorie : Vieux meubles

Copies de meubles anciens

Bergère « Lavallière » à la reine et son bout de pied (pouf), d’après Avisse. Ceinture mouvementée sculptée de coquilles et feuilles d’acanthe, pieds cambrés terminés en enroulements, support d’accotoir mouvementé détaché de sa joue. Chêne décoloré ciré. Bergère. Andry.

Publié dans Vieux meubles | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Secrétaire de Chalôn

Secrétaire « de Chalôn », Louis XV, 2 portes et un abattant gainé cuir intérieurement, petit tiroir en doucine en fronton ; côtés à panneaux. Ceinture découpée, pieds à peine cambrés. Intérieur équipé de casiers et petits tiroirs. Noyer de France. Patine antiquaire. 64 x 41 x 131. Moissonnier.

Publié dans Vieux meubles | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Commode Régence

Commode Régence, dite Tombeau, côtés et face galbés, 3 tiroirs, décor en élégie, ceinture mouvementée, petits pieds de biche. Cerisier. 120x53x85. Marcel Texier.

Publié dans Vieux meubles | Marqué avec | Laisser un commentaire

Table ambulante

Table ambulante, pieds cambrés soulignés de feuilles d’acanthe, ceinture mouvementée sculptée d’une coquille ajourée et d’une résille de fleurettes, chêne naturel, dessus marbre de Benou (marbre pyrénéen), 77 x 41 x 73. Dissidi.

Publié dans Vieux meubles | Marqué avec | Laisser un commentaire

Rénovation du bois

Lasurer à neuf.
Quand l’entretien des menuiseries lasurées n’a pas été suivi régulièrement, le bois décoloré par les rayons ultraviolets et les intempéries est grâce à elle remis en état (Lasure de Rénovation de Syntilor. Garnissante, elle existe en 3 teintes au choix.

Publié dans Vieux meubles | Marqué avec | Laisser un commentaire

Retrouver la jeunesse du bois

Les agents traitants contre les champignons se combinent avec le fort pouvoir détergeant de ce produit destiné aux meubles en bois d’aspect défraîchi (Nettoyant Bois extérieur de V33. En bidon. En pulvérisateur 0,75 cl. Ils retrouvent leur aspect initial et peuvent ensuite être traités avec huile d’imprégnation ou lasure.

Publié dans Vieux meubles | Marqué avec | Laisser un commentaire

Meubles et objets d’Asie

Meubles décoration, carrelages mexicains faits main
Meubles et objets d’Asie anciens et contemporains.
Arrivages réguliers Corée, Inde, Chine, etc.

Publié dans Vieux meubles | Marqué avec | Laisser un commentaire

Table ovale design

Table pisane, en noyer, pliante, originaire de la Casta-gniccia. L’entretoise verticale en X est très caractéristique du piétement, évoquant celui des tables toscanes. XVIIe siècle. Coll. part.

Publié dans Mobilier design, Vieux meubles | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Meubles commodes

Rare commode en olivier massif réalisée dans un style de transition Louis XV-Louis XVI. Son plateau cache un double fond. Lionel Bou-tet Antiquaire. XVIIIe s.

Publié dans Mobilier design, Vieux meubles | Marqué avec | Un commentaire

Style meubles anciens

Coloré à l’intérieur et teinté à l’extérieur.
Le mobilier populaire s’appropria ces formes en les appliquant à des meubles de taille plus réduite et en les schématisant. Dans le but de protéger le bois, on prit l’habitude d’en peindre l’intérieur dans des tons de rouge, vert-tilleul ou gris. Extérieurement, une teinture à base d’encre de seiche parait souvent le mobilier d’un noir profond.
Mais le meilleur exemple de transposition locale des meubles d’origine italienne est la fameuse table dite pisane. Elle s’est fabriquée en quantité dans la région d’Orezza (Castagniccia*) jusqu’au XIXe siècle. Son piétement en forme de lyre et a entretoises verticales en X, parfois terminées de têtes de murènes ou de dauphins, fut décliné sur tous les modes. A partir du XVIIIe siècle, la mode française s’impose peu à peu. D’abord à travers un style de transition Louis XV-Louis XVI, puis Empire. L’influence de la Provence est manifeste sur certains meubles comme les tables et les sièges. Nette est la parenté des banquettes paillées avec le radassié provençal. La famille Bonaparte, pour remédier au pillage de sa maison d’Ajaccio, avait en 1797 fait venir de Marseille quantité de sièges et de bois de lits, dont s’inspirèrent les menuisiers locaux. Les Corses se plurent à multiplier ces sièges dans leurs habitations, sous forme d’une trilogie : chaises (parfois jusqu’à 18 dans un même ensemble), fauteuils, banquette. Le XIXe siècle apporta un meuble nouveau, le sofa. On s’en servait comme lit d’appoint. Il fut répandu jusque clans les maisons les plus simples. Très appréciées également dans un milieu aisé, les petites tables a jeu. Outre la sculpture par chample-vage, technique de base du décor, on pratiqua l’incrustation. Par cette méthode, on imitait la marqueterie en faisant appel aux essences de maquis (buis). Parfois le décor était souligné d’un léger tracé polychrome obtenu à la cire rougie. En revanche, le mobilier corse fit toujours appel à de très beaux bois même pour es meubles les plus simples. Le chêne local qui tendait à vriller fut supplanté par le noyer. La Castagniccia », berceau du travail du bois, fournit en abondance le châtaignier. On mélangeait les essences : noyer en façade, châtaignier pour les montants ou les intérieurs de tiroirs, pin laricio pour les fonds : telle était la combinaison courante. L’olivier – trop noueux -et la difficulté d’en tirer des pièces de grande portée le firent plutôt réserver à la tabletterie ou aux meubles de petite taille.

Publié dans Vieux meubles | Marqué avec , | Laisser un commentaire